Second Life

Il n’y a encore pas si longtemps, on pouvait se demander quel était l’intérêt d’aller sur des boutiques internet virtuelles alors qu’on pouvait très bien aller dans des magasins bien réels. Aujourd’hui, la question ne se pose plus. En revanche, la nouvelle question est la suivante : quel intérêt peut-on trouver à naviguer dans un monde virtuel alors qu’on peut très bien naviguer sur internet ? Après le tant plebiscité web 2.0, le futur web ne sera sans doute pas 3.0, mais plutôt 3D.

Second Life (SL pour les intimes, par opposition à RL, Real Life) est un monde virtuel dans lequel chacun est libre d’évoluer. L’inscription est gratuite pour un compte standard (la seule limitation est l’impossibilité d’être propriétaire d’une parcelle de terrain), alors que les comptes payants sont prélevés d’un abonnement mensuel. Il est tout à fait possible et même fortement conseillé de s’en tenir à un compte gratuit pour commencer.

SL n’est pas un jeu, c’est beaucoup plus que cela. Imaginez un monde où l’on peut se déplacer en 3D dans un site, rencontrer et discuter avec les autres internautes, interagir et même créer son environnement… Votre avatar ne possède ni niveau de compétence, ni point de vie (il est d’ailleurs immortel) et peut de plus voler. Comme dans le cas d’un navigateur internet, l’exploration de SL est sans risque. Voici 4 grands axes ou motivations qui peuvent donner envie de s’immerger dans ce monde virtuel :

Création et construction

Une grande particularité de SL est que l’intégralité du contenu est créé par l’utilisateur. Linden Labs ne fournit que le moteur et l’infrastructure. Tous les éléments (vraiment tout : vêtements, meubles, habitations, plantes, animaux, animations…) sont créés à partir de primitives 3D sur lesquelles on applique des textures, exactement comme dans un modeleur 3D, et d’un langage de script (proche du C) . Pour le moment, tout est créé in-game. Du coup, tout est possible, la seule limite étant l’imagination. De plus, la notion de propriété intellectuelle est bien implémentée, chaque création conserve le nom de son créateur qui peut limiter les droits de duplication, transmission de ses objets… à sa guise.

Exploration et découverte

Certains recréent des villes et des monuments existants, d’autres des forêts vierges, des stations de sport d’hiver ou au contraire des constructions modernes et improbables. Le monde de SL ne cesse de s’accroitre et de se complexifier. Il y a sans cesse de nouveaux endroits à découvrir, des cérémonies d’inauguration de grandes marques ou petits commerçants, des expositions, des mondes et univers à explorer. Certains sont très orientés roleplay, d’autres tourisme. On peut s’y promener des heures rien que pour le plaisir des yeux.

Communication et dimension sociale

Le dialogue fait partie intégrante de SL et il y a de nombreux endroits (bars aux ambiances musicales très différentes, plages de sable fin ou salles de réunion) où se rencontrer. Un système de tchat’ et de groupes d’amis est en place pour faciliter les échanges.

Commerce et économie

La particularité de SL est son économie. En effet, la monnaie virtuelle du jeu (les linden dollars ou L$) possède une valeur faciale dans la vie réelle (de l’ordre de 250L$ pour 1$) et il est possible de transférer l’argent dans les deux sens. Ajoutez à tout ça l’aspect création d’objets et la possibilité de louer ou d’acheter un emplacement, et vous pouvez créer votre business de vente ou de service dans SL. Ne vous méprenez pas, et même s’il est possible de gagner un minimum d’argent dans SL à partir de rien (en plus il y a des milliers d’objets gratuits), il n’y a pas pour autant d’argent facile. Quelques rares exceptions ont réussi à devenir millionnaires en prenant le jeu au début et en faisant de la spéculation immobilière, mais cela demande un investissement initial lourd et énormément de travail, comme dans la vraie vie ! Ceci dit, la dimension marketing intéresse de plus en plus les grosses sociétés qui n’hésitent pas à avoir une présence dans SL (qui compte plus de 3000000 d’abonnés à ce jour) pour promouvoir leurs produits, d’autres organisent des réunions et présentations en ligne. Evidemment, on pouvait s’y attendre, les casinos, services de charme et autres arnaques en tout genre ont également proliféré dans SL, c’est pourquoi il existe un monde mieux surveillé réservé aux moins de 18 ans.

Dans Second Life, on peut tout avoir dès le premier jour. Ce qui est intéressant, c’est ce qu’on va faire le jour suivant.

Bien sûr, il reste encore beaucoup de travail, notamment côté performance (de nombreux lags viennent gâcher l’immersion), ergonomie (inventaire minimaliste, navigation clavier/souris peu intuitif) et recherche (de lieux, d’objets, de personnes). Aujourd’hui, et malgré ces défauts de jeunesse, SL est très prometteur, quasiment prêt à accueillir le visiteur néophyte et pose les premières pierres d’un avenir virtuel qu’il reste à inventer…

Informations complémentaires :

Publicités
Publié dans Blabla. 2 Comments »

2 Réponses to “Second Life”

  1. Mr O. Says:

    Ouais, mais est-ce qu’on peut voler leur sac à main aux p’tites vieilles, au moins ? Sinon, c’est pô drôle…

  2. Sebastien Says:

    Excellente synthèse Nicolas !!!

    Ce billet me fait bien plaisir ; qui sait, tu seras peut-être amené à bosser là-dessus, car Second Life va constituer à moyen terme un laboratoire pour nos solutions de travail collaboratif et de réseaux sociaux.

    Second Life n’est pas un gadget, ceux qui n’ont pas encore compris ça ont déjà plusieurs trains de retard…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :